Découvrir

Les Archives Départementales

Expositions en ligne

Accès à la version en ligne des expositions des archives départementales de l'Yonne.

Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres

Affiche de l'exposition "Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres"
Affiche de l'exposition "Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres"

Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres 

Selon la tradition, en octobre 1816, René-Théophile Laennec expérimente pour la première fois l'usage d'un cornet fait de papiers pour écouter les bruits thoraciques d'une patiente.

Si la date de cette expérimentation est aujourd’hui incertaine, l'objet qui a permis cette auscultation, le stéthoscope, a toutefois été conservé, amélioré et son usage perdure encore aujourd'hui.

Cette découverte marque l'apogée d'une nouvelle technique de prise en charge du patient, dont les principes sont posés dès le milieu du XVIIIe s. : l'examen clinique.

Une nouvelle ère d'investigations médicales s'ouvre alors, marquée par l'abandon progressif d'une médecine dite traditionnelle, dont les principes remontent à l'Antiquité, et par le passage à une médecine clinique basée sur l'examen physique du patient et la confrontation rigoureuse des signes avec des lésions.

Grâce aux progrès des sciences de laboratoire (physique, chimie, etc.) réalisés depuis le XVIIe s. et dont le stéthoscope est l'un des aboutissements, les praticiens (médecins, chirurgiens, auxiliaires de soin) formés à la médecine moderne dès la Révolution, se dotent, à partir du début du XIXe s., de nouveaux outils et exercent dans des lieux propres à leurs nouveaux usages : de lieu d'accueil, l'hôpital devient donc un lieu de soin, où désormais la guérison est possible.

À l'aide du riche patrimoine archivistique et mobilier des établissements de soins du département, la question de l'évolution de la thérapeutique dans l'Yonne depuis le XVIe s. jusqu'à l’Entre-deux-guerres est abordée à travers cette exposition sous l’angle du personnel soignant, des lieux de soins, des remèdes et techniques et du coût des soins.

Accès à l'exposition virtuelle : "Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres" 

En quête d'identité : l'art du blason dans le patrimoine icaunais

En quête d'identité : l'art du blason dans le patrimoine icaunais
En quête d'identité : l'art du blason dans le patrimoine icaunais

Affiche de l'exposition : "En quête d'identité : l'art du blason dans le patrimoine icaunais"

Nées au XIIe siècle, sur les champs de bataille et lors des tournois, les armoiries se répandent très rapidement dans toute la société. De signes distinctifs des cavaliers, elles deviennent l'emblème d'un clan ou d'une famille, puis quittent l'écu et l'armure pour se diffuser dans la vie quotidienne.

Quels symboles peut-on identifier derrière cette multitude de formes, de couleurs, d'animaux, de plantes et d'objets ?

Longtemps passées dans l'oubli, leur étude devient aujourd'hui une science auxiliaire de l'histoire et permet d'identifier et de redécouvrir les particularités des familles, des bâtiments, et des objets.

À travers les collections de sceaux, de manuscrits enluminés armoriés, d'objets mobiliers et de bâtiments icaunais, les archives départementales et la conservation des Antiquités et objets d'art de l'Yonne vous invitent à mener, avec elles, cette (en)quête d'identité.

Accès à l'exposition virtuelle : "En quête d'identité : l'art du blason dans le patrimoine icaunais" 

Notaires : une histoire en actes

Le notaire est aujourd'hui un officier public ministériel chargé de dresser les actes et contrats auxquels les parties veulent donner un caractère d'authenticité attaché aux actes de l'autorité publique et pour en conserver le dépôt, en en délivrant des copies.

La place qu'il occupe dans la société contemporaine est le résultat d'une longue histoire ; elle peut s'écrire en s'appuyant sur les actes que des générations de notaires, en raison de leur fonction même, ont laissé nombreux : les archives notariales (minutes et répertoires) représentent ainsi en 2015 plus de 3,2 kilomètres de linéaire aux archives départementales de l'Yonne, chargées de leur conservation définitive. Témoignage des relations entre les hommes, ces documents sont, de loin, les plus consultés en salle de lecture : les lecteurs ne s'y trompent pas, tant ces documents sont précieux non seulement pour l'histoire des familles, mais aussi pour celle des rapports économiques, des arts ou encore des mentalités.

Depuis 2009, le groupe scolaire Saint-Joseph-La Salle d'Auxerre propose un brevet de technicien supérieur (BTS) « Métiers du notariat », qui a pour vocation de former des étudiants à la pratique notariale dans toute sa diversité. Pour comprendre leurs futures missions, il est essentiel que les étudiants connaissent le contexte de leur exercice, et donc l'histoire du notariat. De cet impératif est née une exposition itinérante , réalisée à l'occasion de séances de travaux pratiques durant l'année 2014-2015, dans le cadre d'une convention avec le Conseil Département de l'Yonne (archives départementales) ; elle se propose de présenter l'histoire du notaire, dans ses différents aspects, telle qu'elle a pu être explorée par les étudiants de première année.

Accès à l'exposition virtuelle : "Notaires : une histoire en actes"

À table ! Se nourrir dans l'Yonne avant 1900

Déclinaison numérique de l'exposition itinérante , "À table ! Se nourrir dans l'Yonne avant 1900" propose de découvrir, au travers d'une sélection de documents tirés des fonds conservés aux archives départementales (documents administratifs, d'origine privée, iconographiques), la place centrale qu'occupe la nourriture, sous ses différents aspects, dans les préoccupation des populations durant l'Ancien Régime et jusqu'aux grandes avancées agricoles du XIXe siècle.

Accès à l'exposition virtuelle : "À table ! Se nourrir dans l'Yonne avant 1900"

L'évolution de l'écriture

Affiche de l'exposition "L'aventure de l'écriture à travers les archives départementales de l'Yonne"
Affiche de l'exposition "L'aventure de l'écriture à travers les archives départementales de l'Yonne"

Affiche de l'exposition "L'aventure de l'écriture à travers les archives départementales de l'Yonne"

Depuis le document le plus ancien que les archives conservent, datant de 817, jusqu'aux documents contemporains, l'écriture a beaucoup évolué.

Cette exposition, version électronique d'une  exposition itinérante  dont les panneaux sont disponibles aux archives départementales, permet de découvrir cette richesse par plusieurs entrées : les systèmes d'écriture, les supports et les outils, l'organisation de la page, l'évolution de l'écriture manuscrite, l'imprimé et l'écriture musicale.

Accès à l'exposition virtuelle : "L'évolution de l'écriture"

Leur guerre, 1914-1918

Affiche de l'exposition "Leur guerre, 1914-1918"
Affiche de l'exposition "Leur guerre, 1914-1918"

Affiche de l'exposition "Leur guerre, 1914-1918"

Carnets de guerre, journaux intimes, photographies, dessins, cartes postales, livrets militaires, recueils de chants... nombreux sont les documents d'origine privée qui, maintenant que les voix des derniers poilus se sont tues, sont désormais le support de la mémoire de la Première Guerre mondiale. Ils en sont d'autant plus précieux.

Accès à l'exposition virtuelle : "Leur guerre, 1914-1918"

Empreintes cisterciennes

Affiche de l'exposition "Empreintes cisterciennes"
Affiche de l'exposition "Empreintes cisterciennes"

Affiche de l'exposition "Empreintes cisterciennes"

Le territoire de l'actuel département de l'Yonne compte neuf établissements cisterciens (Pontigny, Les Escharlis, Vauluisant, Reigny, Quincy, Les Isles, La Cour-Notre-Dame, La Charité-lès-Lézinnes et Marcilly) fondés entre 1114 et 1239, dont les fonds, aujourd'hui conservés aux archives départementales, sont remarquables par les nombreux documents scellés qu'ils comportent.

La présente exposition propose de retracer à travers l'étude de ses sceaux, les circonstances de l'implantation des établissements de l'ordre de Cîteaux, ainsi que les conditions de leur expansion et leur prospérité durant les XIIe et XIIIe siècles.

Elle est la déclinaison d'un programme plus large de description, de restauration et de reconditionnement de ces fonds.

Accès à l'exposition virtuelle : "Empreintes cisterciennes"

D'Edmond d'Abingdon à saint Edme : l'invention d'un culte

Affiche de l'exposition "D'Edmond d'Abingdon à saint Edme : l'invention d'un culte
Affiche de l'exposition "D'Edmond d'Abingdon à saint Edme : l'invention d'un culte

Affiche de l'exposition "D'Edmond d'Abingdon à saint Edme : l'invention d'un culte"

À l'été 2013, un ensemble de cent un documents liés au culte de saint Edme, et pour la plupart relatifs à son procès en canonisation, rejoignent aux archives départementales de l'Yonne le fonds de l'abbaye de Pontigny, dont ils avaient été disjoints.

Dès les débuts de la Révolution, Jean Depaquy, dernier abbé de la seconde des filles de Cîteaux, par ailleurs chargé du tri des papiers acquis à la Nation dans le district de Saint-Florentin, y prélève plusieurs documents qu'il juge précieux ; ces pièces arrivent entre les mains de l'archevêque de Sens au milieu du XIXe siècle.

Conservés dans les réserves du Trésor de la cathédrale de Sens depuis 1939, ces documents ont été déposés aux archives départementales par Mgr Yves Patenôtre, archevêque de Sens-Auxerre, le 26 août 2013.

Ils permettent d'approcher la vie d'Edmond d'Abingdon, archevêque de Cantorbéry ( 1240), les circonstances qui ont conduit à sa canonisation, et d'apporter une lumière sur l'importance du culte de saint Edme dans les pays d'Yonne.

Accès à l'exposition virtuelle : "D'Edmond d'Abingdon à saint Edme"

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental